Signé Paul Krugman : "L'Amérique que nous voulons"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Signé Paul Krugman : "L'Amérique que nous voulons"

Message par Frodon le Lun 13 Oct - 16:24


Du nouveau prix Nobel d'économie, il faut lire "L'Amérique que nous voulons" paru cet automne chez Flammarion
Un livre éclairant qui prend plus d'acuité encore avec la crise, pressentie dans cet ouvrage.

Paul Krugman y analyse les raisons du naufrage américain et plaide pour la fin d'une politique tournée uniquement vers l'intérêt des plus riches.



"L'Amérique que nous voulons" commence ainsi: "Je suis né en 1953... L'Amérique d'après-guerre était d'abord une société de classe moyenne. La grande ascension des salaires inaugurée par la Seconde Guerre mondiale avait fait passer des dizaines de millions d'Américains -dont mes parents- des taudis urbains ou de la pauvreté rurale à une vie de propriétaire et de confort sans précédent".

Le climat politique, se souvient l'essayiste, était alors "tempéré", et les républicains "n'essayaient plus de démanteler les acquis du New Deal".

Puis est venue l'ère Reagan et le tournant des années 80 : les inégalités se sont accrues, la situation économique s'est dégradée pour le plus grand nombre, et la politique s'est faite de plus en plus droitière, sous l'impulsion des néo-libéraux. Les républicains ont ouvertement prôné le démantèlement de tous les acquis du XXème siècle : "certaines politiques de Bush - sa tentative visant à supprimer les droits de succession, par exemple - ramènent l'Amérique non pas à ce qu'elle "était avant le New Deal, mais avant l'Ere progressiste" (1900-1918, période marquée par des tentatives de réforme sociale et par la législation antitrust). Et de rappeler que la campagne pour l'abrogation des droits de succession "a été largement financée par une poignée de familles qui ont de gigantesques héritages à financer".

Les démocrates, eux aussi ont glissé à droite : "non seulement Bill Clinton a gouverné plus à droite que Jimmy Carter, mais même plus à droite que Richard Nixon", souligne Krugman.

Pour Krugman, des "révolutionnaires d'extrême-droite" ont pris le pouvoir aux Etats-Unis
La thèse centrale du livre est celle-ci : "au cours des années 70, des éléments révolutionnaires d'extrême-droite décidés à revenir sur les acquis du New Deal se sont emparés du parti républicain". Cette droite dure a lancé l'offensive contre le mouvement syndical, réduit les taux d'imposition sur les hauts revenus, suscité et encouragé la montée de l'inégalité. Et pour l'auteur, c'est cet environnement politique qui a déterminé l'inégalité économique, et non l'inverse. La politique, affirme-t-il, sans crainte de passer pour un hérétique, a primé sur l'économie et a déterminé celle-ci.

Comment cette démarche a-t-elle pu réussir ? Comment une majorité d'Américains a-t-elle pu voter pour des présidents et des majorités accroissant les inégalités et ne favorisant que les plus riches ? C'est ce que Krugman s'attache à retracer. Ne pas manquer, dans son livre, le remarquable chapitre dédié aux "armes de distraction massive". Ou comment manipuler l'opinion, jusqu'à ce qu'elle vote contre ses propres intérêts. L'économiste rappelle comment Reagan avait entamé sa marche triomphale vers la présidence : "Il s'est fait remarquer en exagérant grossièrement un cas de fraude aux allocations à Chicago, qui lui a inspiré l'expression Welfare Queen, la "Reine des prestations sociales". Il n'a pas précisé la couleur de sa peau, il n'en avait pas besoin. " Pour Paul Krugman, le racisme a été l'ingrédient essentiel des succès des conservateurs. Mais pas le seul : il y a eu, aussi, "la lutte contre le terrorisme" et le retour de l'ordre moral.

Autant de leurres destinées à l'Amérique profonde et qui ont eu le résultat suivant, souligné par un livre qui avait fait quelque bruit en 2004, "What's the Matter with Kansas" ("Quel est le problème au Kansas") de Thomas Frank : "La ficelle ne s'use jamais...Votez pour interdire l'avortement, vous aurez une réduction de l'impôt sur les plues-values. Votez pour restaurer la puissance du pays, vous aurez la désindustrialisation ... Votez pour faire front contre les terroristes, vous aurez des manoeuvres pour privatiser la Caisse de retraite publique...". Les enjeux secondaires sont mis en avant dans la communication. Et pendant ce temps-là, l'essentiel, une libéralisation qui coûte cher aux pauvres et aux classes moyennes, est mis en oeuvre méthodiquement, mais constamment escamoté dans le discours.

La conclusion du livre et de sa démonstration, menée tambour battant? On la devine sans peine : il est urgent, dans l'intérêt de l'immense majorité des citoyens, de faire marche arrière. D'établir une sécurité sociale pour tous. De revenir sur la baisse des impôts. Et de tenter, enfin, de réduire les inégalités. Aujourd'hui, la crise financière a rendu audible un discours dénonçant la folie du néolibéralisme dont les années Bush ont marqué l'apogée.

-> "L'Amérique que nous voulons" Paul Krugman (Flammarion, 22 euros)

Frodon
Nounou d'enfer

Masculin
Nombre de messages : 43899
Age : 40
Localisation : Nîmes
Date d'inscription : 05/02/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Meriappi Drago
Classe: Roublard
Race: Halfelin

http://frodondenimes.spaces.live.com/default.aspx

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum