Claude Lévi-Strauss a cent ans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Claude Lévi-Strauss a cent ans

Message par Frodon le Ven 28 Nov - 13:15


Un géant de la pensée française fête ce vendredi ses 100 ans : l'ethnologue Claude Lévi-Strauss
L'auteur de "Tristes tropiques" (publié en 1955) a changé la perception du monde en jetant les bases de l'anthropologie moderne.

Selon une des anciennes élèves, Christine Taylor, interrogée par l'AFP, "La grande affaire de l'anthropologie c'est la variation entre les différentes cultures. Pourquoi y a-t-il des cultures différentes ?".



"A cette question, il a apporté un regard tout à fait neuf en partant du postulat qu'il y a un ordre derrière les différentes cultures. Ce n'est pas un hasard. Ce n'est pas simplement l'histoire qui fait que les sociétés sont différentes, encore moins les différences génétiques ou autres comme on le pensait au XIXè siècle", poursuit-elle.

Le centenaire de Claude Lévi-Strassu est célébré par toute une série d'hommages, du musée du quai Branly à la Bibliothèque nationale de France (voir ci-dessous).


Hommages et rééditions
Hommages à Claude Lévi -Strauss en cascade à l'occasion de son 100e anniversaire :

- "Claude Lévi-Strauss a 100 ans" : une journée spéciale vendredi 28 novembre au Musée des arts premiers du quai Branly à Paris.
L'accès au musée est libre de 11H00 à 21H00 pour une programmation Claude Lévi -Strauss en continu.

Une centaine de personnalités liront ses grands textes sur le plateau des collections permanentes. Des photographies du fonds Claude Lévi -Strauss du musée et des documentaires sont également projetés et des visites guidées des collections organisées.

- Arte video sort en DVD le documentaire "Claude Lévi -Strauss par lui-même" de Pierre-André Boutang et Annie Chevalley

- France 5 a diffusé lundi 24 novembre un documentaire inédit, "Claude Lévi -Strauss , Auprès de l'Amazonie", de Marcelo Fortaleza Flores.

- La Bibliothèque nationale de France (BNF) rend également hommage au célèbre anthropologue. Du 27 au 29 novembre, une présentation de ses oeuvres manuscrites permettra de découvrir "des documents exceptionnels issus du fonds Claude Lévi -Strauss de la BNF : manuscrit de "Tristes tropiques", carnets de terrains, croquis... (Site Richelieu, 58 rue de Richelieu Paris 2e).

Sur son site François-Mitterrand, le "Mois du film documentaire à la BNF" est cette année consacré au thème de la démarche ethnologique jusqu'au 6 décembre.

Frodon
Nounou d'enfer

Masculin
Nombre de messages : 43899
Age : 40
Localisation : Nîmes
Date d'inscription : 05/02/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Meriappi Drago
Classe: Roublard
Race: Halfelin

http://frodondenimes.spaces.live.com/default.aspx

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Lévi-Strauss a cent ans

Message par Frodon le Ven 28 Nov - 13:17

"Lévi-Strauss est apparu un peu comme un ovni"
L'anthropologue Françoise Héritier revient dans un entretien avec l'AFP sur l'oeuvre de Claude Lévi -Strauss , "apparu un peu comme un ovni" dans le ciel de l'anthropologie, à l'occasion du centenaire du père du structuralisme auquel elle a succédé en 1982 au Collège de France.

Q. Quel est l'apport principal de Claude Lévi -Strauss ?
R. "Lévi-Strauss n'est pas apparu dans un ciel vide, il y avait avant lui une école française d'ethnologie, mais peu ouverte vers l'extérieur, surtout sensible à l'étude des phénomènes mythiques et religieux. On s'intéressait très peu à l'organisation sociale des gens, à leur façon de vivre. Lévi-Strauss est apparu là-dedans un peu comme un ovni. Il a voulu montrer que dans des domaines fondamentaux qui passent inaperçus pour ceux qui les vivent, à commencer par la parenté - les règles d'alliance, filiation, résidence, transmission -, il y avait un ordre sous-jacent qui obéissait aux structures fondamentales de l'esprit.

Ces choses qui paraissent simples ne sont pas du tout fondées sur des lois naturelles, mais sur des lois de l'esprit. Le grand apport de Lévi-Strauss, c'est de poser un certain nombre d'éléments qui permettent d'analyser ces données".

Q. Ses théories ont-elles été rapidement acceptées ?
R. "Les écoles traditionnelles d'ethnologie ont manifesté une forte réticence à cette façon de procéder. Il y a ceux qui reprochaient au structuralisme de nier les initiatives individuelles, notamment dans le domaine de l'alliance, ce qui en ferait une sorte d'anti-humanisme. Une critique féministe est venue plus tard des Etats-Unis. Le jeu de l'alliance étant mené par des hommes, on a accusé Lévi-Strauss de considérer que les femmes n'étaient que des objets. On lui a aussi reproché d'ôter à ces sociétés leur originalité profonde. Avec cette idée que si l'on s'en tient à la structure, on oublie presque que l'on a affaire à des individus, qui vivent, qui souffrent... On lui a reproché une sorte de formalisme desséchant".

Q. Quel a été son impact à l'étranger ?
R. "Lévi-Strauss a eu assez vite un impact international. Aux Etats Unis, il a été traduit assez rapidement. En même temps, il y avait dans son écriture, à la fois précise et savante, des tours que nos collègues anglo-saxons avaient du mal à comprendre. Il n'a pas fait l'unanimité, mais nombre de ceux qui l'ont critiqué ne l'ont pas vraiment lu. Dans les années 1960-1980, il a répondu de façon parfois assez virulente à ses détracteurs, puis il s'est lassé".

Q. Que reste-t-il de son oeuvre, à la veille de son 100e anniversaire ?
R. "Il a fait une oeuvre, c'est à nous de voir ce qu'il y a à garder et à éliminer. Nous savons qu'aucun de nous n'avance de théories définitives. Il y a des avancées significatives qui peuvent s'accompagner de scories que l'on ne voit qu'avec le temps. Lévi Strauss a connu une période de désaveux de la critique dans les années 1980. Il redevient à la mode pas forcément pour de bonnes raisons. Médiatiquement d'abord, avec cette idée que c'est le dernier des grands. Comme on a eu le dernier poilu, on a le dernier grand penseur. Ce qui est faux, heureusement! Il y en a d'autres qui viennent derrière.

Pour de bonnes raisons aussi. On analyse aujourd'hui son apport en tant que philosophe, humaniste... Assez peu finalement en tant que penseur structuraliste".

Q. Lévi-Strauss grand penseur, mais aussi grand pessimiste ?
R. "Il a une vision pessimiste et un peu misanthropique de l'humanité et de sa capacité à prendre en main son destin. Quand il parle de 'Tristes tropiques', il veut dire que, contrairement à l'imaginaire occidental, quand on visite la zone des tropiques, on y voit la misère, la souffrance et la dégradation. Il parle de l'explosion démographique, de la dévastation des ressources de la terre et de la mondialisation culturelle qui menace l'existence et la cohabitation de cultures différentes. Le tableau clinique de la terre n'est pas tellement positif. Il avait vu ça très bien".


Un géant de la pensée française

L'ethnologue Claude Lévi -Strauss est un géant de la pensée française, connu dans le monde entier comme un maître de l'anthropologie moderne. Philosophe de formation, ce pionnier du structuralisme qui arpentait le monde pour en étudier les mythes, ce précurseur dans le domaine de l'écologie qui écrivait admirablement a oeuvré à la réhabilitation de la pensée primitive, avec parfois le regard d'un moraliste. "A cheval entre philosophie et science (...), son oeuvre est indissociable d'une réflexion sur notre société et son fonctionnement. Il a une approche écologique du monde et des individus, avant la lettre", selon un de ses biographes, Denis Bertholet.

Claude Lévi -Strauss est né à Bruxelles en 1908, de parents juifs alsaciens. Il milite dans sa jeunesse à la SFIO puis passe l'agrégation de philo en 1931. Nommé professeur à l'université de Sao Paulo, il part pour le Brésil en 1935 où il dirige plusieurs missions ethnographiques dans le Mato Grosso et en Amazonie. Il racontera cette expérience dans son autobiographie intellectuelle, "Tristes Tropiques" (1955), un des grands livres du 20ème siècle.

De retour à Paris à la veille de la guerre, mobilisé en 39-40, il quitte la France en 1941 pour New York où il enseigne. En 1959, il est titulaire de la chaire d'anthropologie sociale au Collège de France, où il exerce jusqu'à sa retraite en 1982. En 1973, il est le premier ethnologue admis à l'Académie française. Parmi ses livres majeurs figurent "Les Structures élémentaires de la parenté" chez les peuples primitifs, "Anthropologie structurale" I et II - où il applique à l'ensemble des faits humains de nature symbolique une méthode, le structuralisme, qui repère des formes invariantes au sein de contenus variables - et "La Pensée sauvage" (1962).

"Il ne s'agit pas de la pensée des sauvages mais plutôt de la pensée sauvage. C'est une forme qui est l'apanage de toute l'humanité et que nous pouvons retrouver en nous mais nous préférons d'ordinaire aller la chercher dans les sociétés exotiques", expliquait-il.

"Quand il nous explique que 'la pensée sauvage' est en chacun de nous, il n'y a plus de distinction de fonctionnement mental entre les primitifs et nous. C'est une révolution intellectuelle considérable", a souligné son amie, la philosophe Catherine Clément, auteur d'un essai sur l'ethnologue.

Silhouette élancée, lunettes d'écaille, cheveux prématurément blanchis, regard clair et pénétrant, Claude Lévi -Strauss était doté d'une grande présence et d'une toute aussi grande capacité d'écoute. D'une très intimidante timidité, ce mélomane et fou d'opéra, passionné par la civilisation japonaise, vit à Paris dans un immeuble discret. Peu soucieux de postérité, il n'a pas écrit de mémoires, mais s'est confié à Didier Eribon dans un livre-bilan remarqué, "De près et de loin".



Dans une des rares interviews accordées ces dernières années, ce scrutateur avisé et de son temps, attiré sur le tard par le bouddhisme, disait en 2005 : "Nous allons vers une civilisation à l'échelle mondiale. Où probablement apparaîtront des différences - il faut du moins l'espérer (...). Nous sommes dans un monde auquel je n'appartiens déjà plus. Celui que j'ai connu, celui que j'ai aimé, avait 1,5 milliard d'habitants. Le monde actuel compte 6 milliards d'humains. Ce n'est plus le mien".

Claude CASTERAN (AFP)

Frodon
Nounou d'enfer

Masculin
Nombre de messages : 43899
Age : 40
Localisation : Nîmes
Date d'inscription : 05/02/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Meriappi Drago
Classe: Roublard
Race: Halfelin

http://frodondenimes.spaces.live.com/default.aspx

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum