Dabadie entre à l'Académie française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dabadie entre à l'Académie française

Message par Frodon le Jeu 12 Mar - 22:28

Le parolier et scénariste Jean-Loup Dabadie, 70 ans, a fait jeudi son entrée à l'Académie succédant à Pierre Moinot
L'écrivain, décédé en 2007, avait confié qu'il souhaitait que son éloge soit prononcée par un "homme amical, un esprit de la même famille". "Et bien, c'est fait", a déclaré M. Dabadie.

Julien Clerc et Guy Bedos, interprètes de plusieurs de ses textes célèbres, assistaient à la réception donnée pour l'occasion sous la Coupole.



Son discours d'accueil devait être prononcé par l'écrivain Frédéric Vitoux.
"Je n'entre pas tout seul sous la Coupole, mais avec tous mes personnages, ceux qui les ont interprétés et toutes ces personnes qui m'écrivent et qui viennent me parler", avait souligné Jean-Loup Dabadie avant la cérémonie.

Pour lui, ce sont "les arts frémissants", "les arts publics, comme la chanson et le cinéma", qui se font ainsi une place parmi les Immortels.

Dressant l'éloge de Pierre Moinot, décédé en 2007, Jean-Loup Dabadie a évoqué l'enfance du petit garçon qui courait sur les chemins du Marais poitevin. "J'aime cet enfant", a déclaré le parolier. La résistance, un emploi à la Cour des comptes qui lui laisse la liberté d'écrire.


Dabadie colle à la mémoire des Français
"César et Rosalie", "Tous les bateaux, tous les oiseaux", c'est lui! "Les choses de la vie", "Ma préférence", "On ira tous au paradis", c'est encore lui!

Cheveux blancs, sourire éclatant, Dabadie promène, depuis les années 1960, sa silhouette de dandy dans le paysage culturel. "Auteur musicien" pour Julien Clerc, "romancier du cinéma" pour François Truffaut, il pratique l'écriture et le rire sur commande sans céder sur la qualité.

A 19 ans, il publie son premier roman, "Les yeux secs". Né en 1938 à Paris, Jean-Loup Dabadie, dont le père fut aussi parolier, débute sa carrière dans le journalisme. Il collabore à "Tel quel" au côté de Philippe Sollers et aurait pu devenir un auteur "sérieux", s'il n'avait expédié ses premiers sketches ("Paulette", "Le boxeur"...) à Guy Bedos durant son service militaire. Le succès est immédiat.

Idem avec ses premiers tubes pour Serge Reggiani ("Le petit garçon") ou Michel Polnareff ("Ring à ding"). Depuis, ce fou de travail (et de tennis) aux allures de dilettante n'a guère cessé d'écrire. Chansons, scénarios ou pièces de théâtre.

Il fournit en tubes plusieurs générations de chanteurs. Juliette,Gréco, Yves Montand, Michel Sardou... Avec là encore deux rencontres majeures : Michel Polnareff, pour lequel il écrit "On ira tous au paradis", et Julien Clerc, avec qui il travaillera sur une dizaine d'albums ("Le coeur trop grand pour moi", "Femmes... je vous aime"...).

La France de Dabadie est celle des copains dans les films d'Yves Robert, "Un éléphant ça trompe énormément", "Nous irons tous au paradis", qui triomphent dans les années 1970. Celle de la tendresse bourrue et de la famille malmenée dans "La gifle" (1974) avec Isabelle Adjani et Lino Ventura.

Ses derniers succès au cinéma remontent au début des années 1980. Jean-Loup Dabadie semble ensuite moins en phase avec son époque.

"Le métier de scénariste doit se faire dans une ombre infinie", aime-t-il à dire, discret loin du tapage du show-business. Il a reçu une Victoire d'honneur de la musique le 28 février au Zénith. "Une victoire provisoire, a-t-il dit, sur l'anxiété, sur le doute, sur l'incertitude".

Frodon
Nounou d'enfer

Masculin
Nombre de messages : 43899
Age : 40
Localisation : Nîmes
Date d'inscription : 05/02/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Meriappi Drago
Classe: Roublard
Race: Halfelin

http://frodondenimes.spaces.live.com/default.aspx

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum