Chessex suit Sade dans la mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chessex suit Sade dans la mort

Message par Frodon le Mar 26 Jan - 0:48

L'écrivain suisse romand, Jacques Chessex, décrit dans ce roman les derniers mois de la vie du divin marquis
Dans "Le dernier crâne de M. de Sade", Chessex raconte crûment la vie du marquis de Sade, âgé de 74 ans, dans l'hôpital psychiatrique de Charenton où a été enfermé l'écrivain, philosophe et libertin.

Nous sommes en 1814. L'auteur nous introduit dans les dernières turpitudes d'un homme usé, vieilli, abimé, mais fidèle à lui-même.


Dans cet hospice où a été enfermé (une nouvelle fois puisqu'il a passé au total 27 ans derrière des barreaux) l'écrivain, Sade bénéficie néanmoins d'un confort digne de son nom et de son rang. Il dispose d'une sorte d'appartement, peut recevoir, lire, écrire.


"Quand cette histoire commence, en été 1814, Donatien Alphonse François, marquis de Sade, est enfermé depuis onze ans", écrit Jacques Chessex qui signe là sa dernière oeuvre (il est mort quelques heures après avoir terminé le manuscrit en octobre 2009).

"Joues rougies, mafflues, nez court et couperosé, cou gras, mais l'oeil d'un bleu pâle"...c'est ainsi que Chessex décrit Sade dans son asile. Au fil des pages, le portrait montre un homme malade, devenu gros et gras, au physique de plus en plus altéré, aux humeurs nauséabondes...mais aux goûts sexuels toujours aussi vifs.

Ces goûts, brutalement décrits dans le livre (au point de poser des problèmes à l'éditeur en Suisse, qui a dû recouvrir le livre de cellophane), il les assouvit avec une jeune femme qui lui rend régulièrement visite, Mademoiselle Madeleine, fille de la dame Leclerc "âgée de quinze ans et demi" qui ressort "fort défaite, en sueur, titubante, de la chambre de M. de Sade".

Dans ce livre, Chessex ne retient pas sa plume que ce soit lorsqu'il décrit le physique ruiné de Sade ou lorsqu'il raconte les dernières frénésies sexuelles du marquis...(la décence nous interdit ici toute citation). Mais le livre va plus loin. En se basant sur des écrits de l'époque, Chessex montre un Sade ancré dans son rejet de l'église, une société complexe, ouverte aux questions de moeurs, s'interrogeant sur les hommes.


Après la mort de Sade, Chessex suit le crâne de l'écrivain (d'où le titre du livre), mêlant sans doute fantasmes et réalités sur ce que peut provoquer cet os auprès de ceux qui le possèdent tour à tour. Une sorte de parabole, sans doute, sur ce que les écrits du marquis ont pu susciter en imagination ou sur la part d'ombre que chacun peut avoir...

Le livre se termine par ces mots : Comme nous sommes las d’errer ! Serait-ce déjà la mort ?”...Sachant que l'écrivain vaudois est décédé après avoir écrit ces dernières lignes, ce texte prend une dimension quasi magique qui ne doit pas faire oublier les qualités intrinsèques du roman

Frodon
Nounou d'enfer

Masculin
Nombre de messages : 43899
Age : 40
Localisation : Nîmes
Date d'inscription : 05/02/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Meriappi Drago
Classe: Roublard
Race: Halfelin

http://frodondenimes.spaces.live.com/default.aspx

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum