"Ni d'Eve ni d'Adam" : le grand retour d'Amélie !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Ni d'Eve ni d'Adam" : le grand retour d'Amélie !

Message par Frodon le Lun 10 Sep - 17:01

Il est comment, le dernier Nothomb? Très bien !

La surdouée des éditions Albin Michel raconte ici l’envers de "Stupeur et tremblements".

"Stupeur..." narrait l'enfer d'un stage dans une entreprise japonaise, "Ni d'Eve ni d'Adam" s'attache aux délices d'une idylle avec un jeune Tokyoïte.

On s'en doute : la romance n’est pas son genre, et, pour être fascinée par le Japon, l’héroïne, Amélie, 23 ans, en séjour d'un an au pays du Soleil Levant, ne perd rien de son sens critique.

Description d'un univers impitoyable pour les jeunes Japonais: "Il se tut. Il respira. je vis ses traits se métamorphoser : "-A cinq ans, comme les autres enfants, j'ai passé les tests pour entrer dans l'une des meilleures écoles primaires. Si j'avais réussi, j'aurais pu, un jour, aller dans l'une des meilleures universités. A cinq ans, je le savais. Mais je n'ai pas réussi..." Et la narratrice s'en va "contempler la nuit sur une ville, où, chaque année, la majorité des enfants de cinq ans apprenaient qu'ils avaient raté leur vie."

Pas plus qu'elle n'a compris les codes de la vie nippone en entreprise, Amélie n'arrive à intégrer ceux de la vie privée : "Une pudeur viscérale bannit le mot amour. Sauf accident ou accès de délire passionnel, on n'emploie pas ce mot énorme, que l'on réserve à la littérature ou à ces sortes de choses." Même les ablutions s'avèrent difficiles : "Rinri, respectueux de la tradition, se récurait entièrement dans le lavabo avant d'entrer dans le bain : on ne souille pas l'eau de l'honorable baignoire. Je ne pouvais pas me plier à un usage que je trouvai si absurde". Quant aux relations avec la belle-famille, c'est d'emblée mal parti : "Madame" (la mère de son amoureux) "attendit que le silence se rétablisse pour me déclarer avec un sourire : - Pourquoi te donnes tu tant de mal à paraître distinguée alors qu'avec un visage si expressif, tu ne seras jamais une dame ?"

Il faudrait citer encore des passages entiers, l'ascension au mont Fuji (qui seule fait de vous un vrai Japonais), l'usage si particulier du "non", incompréhensible pour un Occidental, le passage à l'Université, présenté comme le seul moment de détente dans la vie d'un Nippon. Il faudrait citer les 244 pages de ce petit bijou qui se dévore en deux heures, sous le triple signe du plaisir, de l' humour et de la rapidité. Ne boudez pas "Ni d'Eve ni d'Adam" sous prétexte qu'il est tiré à plus de 100.000 exemplaires, et qu'il a immédiatement culminé au sommet des ventes: avec ce seizième roman et après le décevant "Journal d'Hirondelle" (paru en 2006), l'Amélie qu'on aime est de retour.

Frodon
Nounou d'enfer

Masculin
Nombre de messages : 43899
Age : 40
Localisation : Nîmes
Date d'inscription : 05/02/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Meriappi Drago
Classe: Roublard
Race: Halfelin

http://frodondenimes.spaces.live.com/default.aspx

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum