Quand une femme flic se met à nu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand une femme flic se met à nu

Message par Soso le Jeu 8 Mar - 22:16

"Emmerdeur institutionnel", "tortionnaire latent", "poseur de PV"... Elle a voulu tordre le coup aux tas de clichés circulant sur les flics, alors, elle a écrit. Non pas pour raconter sa carrière à la manière d'un commissaire fraîchement à la retraite et qui déjà s'ennuie. Non, elle l'a fait pour elle. Pour se défouler. Pour se faire plaisir.

Dans Flic, chroniques de la police ordinaire (1), Bénédicte Desforges raconte son quotidien, celui des "flics de base". Ce qui la touche, lui ravage la conscience, ces images qui ne la quitteront plus. Tout cela sans langue de bois aucune. Et le devoir de réserve alors ? Elle n'en a que faire, "pas le plus important". Pour preuve, elle n'a demandé à personne l'autorisation d'écrire le bouquin. "Et puis, au final, je rends la police plutôt sympa", raconte cette quadragénaire, lieutenant en région parisienne.

"Je m'en veux encore"
Les chapitres, très courts, ressemblent aux épisodes de séries policières, de celles qui fleurissent sur les écrans de télé. Voyez les titres : "Incendie dans la nuit", "Potin de Montmartre", "La rouquine de Roland Garros", "Mort subite" ... Et comme dans tous les polars, les protagonistes sont des putes, des gentils flics, des méchants flics, des dealers, des victimes... Il y a de l'action -forcément-, des histoires -sordides souvent, belles parfois-, des portraits, de l'humour, des regrets.


Dans "Culpabilisation", Bénédicte Desforges raconte cette intervention chez une femme médecin qui venait de se faire poignarder. Avec un collègue, ils étaient les premiers sur place. "La victime était très choquée. Je ne lui ai pas demandé le signalement de son agresseur. Je pensais le faire après les soins. Ça ne saignait pas trop, je ne voulais pas la stresser avec ça..." Le jeune médecin est mort dans l'heure. Elle avait 34 ans. "Je m'en veux. Je m'en veux encore", écrit Bénédicte Desforges.
Elle dit aussi avoir "écrit le meilleur choix que j'ai fait de ma vie : celui d'être flic". A la lecture de ces chroniques rédigées dans un style vif par une plume acérée, le lecteur la croit aisément ; et reconsidère les préjugés qu'il pouvait avoir sur ces fonctionnaires.

(1) Bénédicte Desforges, Flic, Chroniques de la police ordinaire. (Editions Michalon. France Inter), 256 pages, 16 euros.


Aimer, c'est se donner corps et âme.[Alfred de Musset]

"Le bonheur n’est pas au bout du chemin, c’est le chemin qui est le bonheur." Proverbe tibétain

Soso
Bras droit du Chef invisible

Féminin
Nombre de messages : 75253
Age : 44
Localisation : Rueil-Malmaison
Date d'inscription : 12/01/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage:
Classe:
Race:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand une femme flic se met à nu

Message par Saphire le Sam 19 Mai - 18:34

Je ne l'ai pas lu.. il est pas mal...

Saphire
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum