Max Gallo reçu à l'Académie française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Max Gallo reçu à l'Académie française

Message par Frodon le Ven 1 Fév - 0:44


L'écrivain a été reçu sous la coupole en présence du chef de l'Etat qui a assisté à la réception à l'Académie française
Max Gallo, 76 ans, fils d'immigrés italiens installés à Nice, a rappelé que son premier diplôme fut un CAP d'ajusteur, avant de prononcer l'éloge du philosophe Jean-François Revel, au fauteuil duquel il a été élu le 31 mai 2007.

Nicolas Sarkozy, assis dans un fauteuil face à la tribune, a écouté pendant près de deux heures l'échange de discours.


Universitaire et éditorialiste à "L'Express", Max Gallo rejoint le PS et se fait élire député socialiste en 1981, avant de devenir deux ans plus tard porte-parole du gouvernement sous la présidence de François Mitterrand.


Mais Max Gallo, c'est aussi l'auteur prolifique d'une oeuvre romanesque qui plonge ses racines dans l'Histoire de France - "Napoléon", "Les patriotes", "De Gaulle" ou dernièrement "Louis XIV" -. Et le pamphlétaire habitué à "monter sur le ring", qui publie en 2006 "Fier d'être Français", en plein débat sur "la repentance".

Longtemps ancré à gauche, le nouvel académicien a soutenu le candidat Sarkozy durant la campagne présidentielle de 2007. Le chef de l'Etat lui a rendu la politesse en assistant à son discours de réception. Une démarche exceptionnelle d'un président de la République, qui n'a guère que quatre précédents sous la Ve République.


Discours du récipiendaire, réponse d'Alain Decaux
Habitué des tribunes politiques, le nouvel académicien a rappelé d'une voix puissante l'intransigeance intellectuelle de son prédécesseur: "Il est le mal pensant. Il trouble le jeu".

"Patriote intransigeant", Jean-François Revel s'est longtemps considéré comme un homme de gauche, avant de "changer de rive" dans la années 1970. "Sans regret, puisque Revel constate que ces donneurs de leçons n'ont 'rien compris à l'enjeu du siècle, à savoir la lutte à mort entre les totalitarismes et la démocratie'", a-t-il souligné.

Un discours aux accents patriotiques ponctué par les applaudissements de l'assistance, au sein de laquelle avaient notamment pris place l'ancien président de la Commission européenne Jacques Delors, Claude Allègre, le conseiller spécial de l'Elysée Henri Guaino ou le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos.


Dans sa réponse, l'historien Alain Decaux a rappelé le parcours foisonnant de Max Gallo. D'abord membre du Parti communiste, qu'il quitte à l'âge de 24 ans, le futur écrivain, a-t-il dit, demeure "un homme de gauche".

En 2007, "la télévision vous montrera à la Cascade du bois de Boulogne, auprès de l'actuel président de la République à peine élu", a rappelé Alain Decaux, en référence au soutien qu'avait apporté l'écrivain au candidat Sarkozy durant la campagne présidentielle de 2007. Mais "l'évolution des idées politiques n'est-elle pas avant tout un signe de liberté d'esprit ?", s'est-il interrogé en guise de conclusion.



Un discours à nouveau applaudi chaleureusement par le président Sarkozy, qui s'est éclipsé dès la fin de la séance.

Frodon
Nounou d'enfer

Masculin
Nombre de messages : 43899
Age : 40
Localisation : Nîmes
Date d'inscription : 05/02/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Meriappi Drago
Classe: Roublard
Race: Halfelin

http://frodondenimes.spaces.live.com/default.aspx

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum